la confidence des oiseaux de passage

Installation monumentale vivante / Zone de permanence poétique


La Confidence des oiseaux de passage  ©Christophe Raynaud de Lage

Souffleurs, porteurs de la parole des poètes qui, comme les oiseaux de passage, survolent la terre des hommes, la regardent d’en haut puis la pensent.

 

DISPOSITIF

La forêt est composée d’arbres en acier sculptés par Vincent Brédif. Chaque arbre est nidifié par un oiseau de passage, c'est-à-dire par un Souffleur. Un oiseau de passage est un être vivant qui survole la terre des hommes et la voit d’en haut. On considère donc une parenté incontestable de l’oiseau de passage avec le poète, le Souffleur étant le représentant incontesté de cette parenté incontestable.

 

RÉPERTOIRE

Comme pour les commandos, le répertoire de La Confidence des oiseaux de passage est travaillé sur mesure, donc constitué à la demande, original, unique et non reproduit. Il peut être polyglotte, soufflé dans chacune des langues, ou en « tresses de langues », c'est-à-dire la langue originelle tressée avec la traduction en français.

 

CRÉATION SONORE

La Confidence des oiseaux de passage est un concert de musique électro-acoustique composée en direct par Nicolas Losson.

 


ZONE LIBRE DE PERMANENCE POÉTIQUE

 

La Confidence des oiseaux de passage est une zone libre de permanence poétique dans laquelle les gens entrent, sortent, restent, reviennent, font ce qu’ils font comme dans une promenade en forêt, la nuit. La Confidence des oiseaux de passage n’a pas de début, ne finit pas. Est.


Le spectateur de la Confidence n’est pas un spectateur : il est un promeneur libre et nocturne.


Continuum espace-temps : espace à 4 dimensions, x,y,z pour l’espace, t pour le temps.


Le promeneur arrive dans un espace, est maître du temps qu’il s’octroie dans cet espace.


La Confidence des oiseaux de passage propose x,y,z, les promeneurs disposent de t.


La Confidence des oiseaux de passage n’est pas un spectacle, c’est un moment. 



Quand?

La nuit, l’ombre et le noir sont indispensables à l’émergence du mystère. L'obscurité est de fait la seule coordonnée obligatoire de notre capacité à nous installer quelque part. 

où?

Extérieur/Intérieur Nuit

Les forêts, les parcs publics, stades, jardins, cours, cloîtres, déserts, friches urbaines…

Dans les églises, les gymnases, les usines désaffectées ou non, les théâtres, les halls de gares, les salles d’exposition, les hangars…

Dans toutes les langues