Rêver plus fort que d'habitude...

Résidence courte à Cergy (95), septembre 2019

Dans le cadre du Festival des arts de la rue et du cirque Cergy, Soit !

Les Regardeurs, une veille étymologique, Cergy, septembre 2019

Quelle est ma place ? Où est ma place ? Suis-je à ma place ?

Et en rêve

Quelle serait ma place ? Où serait ma place ? Serais-je à ma place ?

 

Avec Rêver plus fort que d'habitude... , Les Regardeurs vont interroger la place que nous pensons occuper dans le monde et celle que nous aimerions occuper si nous nous mettions à rêver plus fort que d’habitude. Les habitants se poseront des questions, nous leur poserons des questions, ils nous poseront des questions, nous nous poserons des questions, nous écrirons ensemble les questions qui répondraient à nos questions par des questions…

 

Olivier Comte pour Les Souffleurs commandos poétiques


Une aventure humaine et poétique avec

la ville de Cergy, ses habitant.e.s, l’école élémentaire des Touleuses, la résidence sociale Les Villageoises, les Jeunes Linandes, le Conseil des Jeunes, la maison de quartier Axe Majeur Horloge, Espérer 95, l'Espace Césame, la Montagne Vivra, le service social départemental, le collège des Touleuses, la Maison hospitalière, Points communs Théâtre 95, le Carreau, Erigère et CDC Habitat et tous/toutes les participant.e.s venu.e.s à titre personnel  

Du 06 au 12 septembre 2019 : Apparitions / Disparitions et manufactures d'écritures 

Dans le souffle poétique, à la rencontre des Cergyssois.e.s

Du 06 au 12 septembre, les Souffleurs font irruption aux quatre coins de Cergy pour leur première manufacture d'écritures. Ils partent à la rencontre d'habitant.e.s, enfants, adolescent.e.s, adultes.

Ils posent ainsi le premier geste d'une aventure qui durera 3 semaines et conduira chacun.e des participant.e.s à se dire, rêver sa vie, sa place au monde et participer au Festival Cergy, Soit !, mais c'est encore un secret pour le moment...

C'est par le souffle poétique que la manufacture commence.

Dans le plus grand mystère, les Souffleurs commandos poétiques se déploient dans l'espace puis invitent chaque participant.e à accueillir à son oreille le "rossignol", cette longue canne creuse, d'où ils souffleront des poèmes.

 

Les participant.e.s sont troublé.e.s : surprise, interrogation, crainte parfois, à voir ces silhouettes silencieuses, vêtues de noir les convier à ce moment d'intimité poétique. 

"Choisis ta place" leur murmure une voix à l'entrée du lieu, dans un rituel précédent le souffle. Une invitation qui inaugure l'aventure et installe la douceur dans la rencontre. 

Chaque participant.e s'assied. Les parapluies noirs s'ouvrent puis les "rossignols" se lèvent : le souffle peut commencer. 

 

Après le souffle, une atmosphère différente : silence, sourires, quelques larmes d'émotion au coin des yeux.

Les Souffleurs prennent lentement place aux côtés des participant.e.s : il est l'heure maintenant de rêver plus fort que d’habitude...

"Quel serait votre rêve le plus immense, le plus fou ?" Feuilles, crayon, chacun.e cherche ses rêves, ses mots. C'est un temps à soi, pour soi, dans lequel les Souffleurs ne s'immiscent pas, d'abord.

Puis vient le moment de l'échange, dans la bienveillance et la curiosité partagées : malaxer ces rêves, ces mots, les illuminer, les faire résonner grand. 

Du 13 au 18 septembre 2019 : Suite des Manufactures d'écritures et préparation des Levées d'écritures vagabondes

Dans le cœur des rêves des Cergyssois.e.s

Une semaine après leur première rencontre, les participant.e.s retrouvent les Souffleurs, pour une deuxième manufacture d'écritures.

Ils/elles ont couché sur le papier leur rêve le plus immense, choisi les mots pour le faire vibrer. 

L'aventure peut continuer et chacun.e découvre la prochaine étape de ce cheminement que leur proposent les Souffleurs : agrandir ce rêve, l'écrire sur un panneau noir, l'afficher, le parer de couleurs ou de sobriété pour ensuite le brandir aux yeux des passant.e.s ébahi.e.s, lors du festival Cergy, Soit !, les 20, 21 et 22 septembre. 

Trois heures durant, les participant.e.s habitent l'espace de leur(s) panneau(x), cisèlent les lettres, posent des couleurs, des dessins parfois, font une œuvre unique de leur(s) rêve(s). 

Le festival Cergy, Soit s'ouvrira bientôt et les participant.e.s y seront pleinement présent.e.s par des Levées d'écritures vagabondes, geste artistique lors duquel ils/elles lèveront haut leurs rêves et les feront danser dans un mouvement collectif.

La manufacture d'écritures se termine par une répétition de Levées, geste plus technique qu'il n'y parait, entre esthétique et synchronisation. 

Ici, les élèves d'une classe de 3ème du Collège des Touleuses s'entraînent pour les Levées d'écritures vagabondes qu'ils  présenteront durant le festival Cergy, Soit !, quelques jours plus tard. 

Du 18 au 21 septembre 2019 : Les Ateliers publics des écritures

Ecrire ses rêves sur la place publique, à Cergy Grand Centre

Le festival approche et les Souffleurs commandos poétiques s’installent sur la Grand Place de Cergy. 

Ils invitent les passant.e.s à venir à leur tour rêver plus fort que d'habitude et le dire en immense, sur panneau noir.

Se succèdent aux tables installées sous les arbres, familles, solitaires, curieux/curieuses, pensifs et pensives. Certain.e.s réfléchissent longtemps à leur rêve, partent, reviennent, griffonnent sur un bouillon ; d'autres arrivent avec leur panneau déjà en tête, n'attendant plus que les poscas (marqueurs utilisés) pour lui donner corps. 

Le samedi 21 septembre, l'atelier public des écritures déménage sur la Place de la Fontaine, sous la veille des Regardeurs, juchés sur les immeubles tout autour. Les panneaux et les rêves, levés en haut, en chantier en bas, dialoguent en silence et regards. 

 

Du 20 au 22 septembre 2019 : Le festival Cergy, Soit ! : Rêver plus fort que d'habitude...

Vendredi 20 septembre, 19h00, place de la Fontaine à Cergy : Inauguration du festival Cergy, Soit !

En ce vendredi 20 septembre, soir de l'inauguration du festival Cergy, Soit 2019, Les Souffleurs commandos poétiques et la Compagnie XY offrent une surprise poétique ascensionnelle aux festivalier.ère.s et aux habitant.e.s.de Cergy.

De corps en mots portés, ils les invitent à observer, être observé.e.s et danser dans le tournoiement d’une Tempête littéraire où chacun.e pourra recueillir un trésor de poèmes.

Les Regardeurs, une veille étymologique

..........

Artiste placé en situation de vertige, le Regardeur ausculte les flux de la ville depuis ses sommets. Sans rendez-vous annoncé, la rencontre avec un Regardeur est stupéfiante, elle vous métamorphose en « Regardeur d’en bas » nous devenons alors ensemble et simultanément : « Les Regardeurs ».

 Il tombe parfois des mains des Regardeurs d’en haut une feuille volante contenant une question sur ce face-à-face exceptionnel. Ces questions volantes interrogent délicatement nos postures personnelles sur le quotidien de la vie.

..........

Le samedi 21 septembre, en fin de matinée, Les Regardeurs, une veille étymologique, prennent place en haut des immeubles de la Place de la Fontaine et de la Rue des Galeries, à Cergy.

Leurs silhouettes perchées, sombres et silencieuses ne laissent pas indifférent.e.s les passant.e.s.

Interrogations et émotions contraires :  

"Qu'est-ce qu'ils font, là-haut ?", "Ils vont se jeter dans le vide ?!" , "Mais pourquoi ils sont là ?" , "Ils me donnent le vertige, là !", "Moi aussi, je peux monter avec eux ?"

Ils apparaissent ainsi plusieurs fois le samedi et le dimanche : ils restent un moment, rencontrent les festivalier.ère.s et les habitant.e.s par le regard, brandissent des panneaux aux pensées poétiques, ouvrent leurs grands parapluies noirs et s'en vont.

Quelques heures plus tard, ils réapparaissent.

Parfois ils notent une question sur un carnet, puis ils la laissent descendre lentement vers les gens, les "Regardeurs d'en bas". Ils jettent aussi à la volée des poignées de poèmes, confettis de mots, que grands et petits attrapent en sautant et courant sur la place et dans la rue.

En bas, on observe, on essaie de lire, à voix haute, les poèmes sur les panneaux que lèvent les Regardeurs, on prend les jumelles mises à disposition, on commente. On montre sa collection de confettis poétiques, on partage ses préférés, on en offre même.

Levées d'écritures vagabondes

Pour les participant.e.s des manufactures d'écritures, c'est le moment du rendez-vous avec le public : ils/elles vont enfin lever leurs rêves devant les Cergyssois.e.s et les festivalier.ère.s. 

Tout au long du festival, ils/elles se retrouvent par groupes sur la Place de la Fontaine pour le départ d'une déambulation poétique et surprenante au cœur du quartier Grand Centre.

Chacun.e est concentré.e, à l'affût de l'itinéraire qui se construit en direct et du signal de départ de la levée : à ce bruit, mystérieux pour les personnes extérieures, les participant.e.s se positionnent pour déployer un écran de pensées poétiques devant des parterres de personnes à géométrie variable : ce peut être un bout de la foule attendant un spectacle, un couple assis sur un banc, un groupe d'amis sur une pelouse, des enfants et leurs parents dans un parc...

Ce "public malgré lui", pris par surprise, se met à lire attentivement les panneaux, les pensés et à regarder ceux et celles qui les brandissent. Dans ce jeu de miroir du regardeur regardé, les un.e.s découvrent les mots des autres et les autres les visages émus qui les lisent et s'y identifient.

Rêver plus fort que d'habitude... c'est là, c'est maintenant : ce moment dense, intense, où chacun.e affirme ses rêves, sa fierté et son humanité profonde.


PARTENAIRES DE CRÉATION DE LES REGARDEURS, UNE VEILLE ÉTYMOLOGIQUE

SACD – DGCA Bourse « Écrire pour la Rue » – Ministère de la Culture et de la Communication

DGCA – Aide à la résidence de production pour les arts de la rue & DRAC Ile de France – Aide à la production dramatique

Soutien au projet L ‘Abattoir – Centre National des Arts de la Rue – Pôle arts de la rue de Chalon-sur-Saône (71)

CNES Centre national des écritures du spectacle – La Chartreuse Villeneuve-lez-Avignon (30)

Ville de Coulommiers, Conseil général de Seine-et-Marne & DRAC Ile-de-France dans le cadre du dispositif de résidence d’implantation territoriale

En 2015, avec le soutien de la Ville de Paris – Direction des Affaires culturelles – Aide à la diffusion (75)